Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘PJ Harvey’

L’absence aura été de courte durée. L’annonce avait laissé à la rentrée un goût amer chez les amateurs de rock indé et d’autres musiques sortant des sentiers battus : Bernard Lenoir tirait sa révérence et l’émission C’est Lenoir, disparaissait des ondes de France Inter, laissant sa place à Alexandre Héraud et Tania de Montaigne avec leur Ouvert la nuit. Que les popeux se rassurent Lenoir est de retour !

Ou tout du moins il le sera dès janvier avec ses Black Sessions sur l’antenne du Mouv’ au moins un vendredi par mois aux alentours de 22h. Ces concerts en direct, plus de 300 au compteur depuis 1992 (voir liste complète), et en accès libre au public dans la limite des places disponibles, ont fait les riches heures de ces émissions permettant de découvrir, dans des conditions intimes, artistes en début de carrière, artistes confirmés ou sur le point d’exploser. Radiohead, Pulp, Placebo, Paul Weller, Dominique A, PJ Harvey, Nick Cave, Interpol, Weezer, The Divine Comedy… s’étaient prêtés au fil des années à ce petit jeu avec de vrais moments d’exceptions et quelques surprises. Ainsi la Black Session de Franz Ferdinand avait reçu 6.000 demandes, l’équivalent d’un Zénith de Paris archi comble pour une capacité à la Maison de la Radio de… 250 places.

Rendez-vous donc en janvier, sur le Mouv’, pour la suite de ces aventures auditives !

Publicités

Read Full Post »

Auteure, traductrice, Mélanie Fazi a su s’imposer depuis la parution de Serpentine en 2004 dans l’univers de la littérature fantastique. On la retrouve, aujourd’hui derrière le recueil Ainsi naissent les fantômes qui paraît aux éditions Dystopia ; une sélection de nouvelles de Lisa Tuttle, à l’origine de la vocation de Mélanie et dont l’approche du fantastique est bien singulière. En effet, cette écrivaine américaine inscrit celui-ci dans le quotidien des personnages, dans leurs propres failles, ou quand l’ordinaire devient terrifiant.

Mélanie Fazi nous a consacré un peu de son temps pour s’adonner à l’interview automatique.

01. A quoi rêviez-vous enfant ?
À quelque chose de créatif. Je voulais être dessinatrice de BD, chanteuse dans un groupe ou apprentie sorcière façon Harry Potter avant l’heure. Ado, je rêvais d’être critique de ciné, je tenais des fiches sur tous les films que je voyais.

02. Av(i)ez-vous des modèles ?
Je suis une vraie fan-girl dans l’âme, je me trouve régulièrement de nouveaux modèles. Mais quand je serai grande, je veux être PJ Harvey. Je suis sa carrière de près depuis seize ans et je suis toujours sidérée par son intégrité artistique et sa manière de se remettre constamment en question.

03. Comment décririez-vous votre travail ?
Comme un vieux rêve devenu réalité, avec la part d’usure que ça comporte. J’ai la chance de pouvoir faire exactement ce que je veux : publier mes propres textes et traduire ceux des autres (par réelle envie, pas juste par nécessité financière). Pour le reste, il faut arriver à gérer tout ça au quotidien.

04. Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
C’est la traduction de romans qui paie mes factures. Je traduis de l’anglais vers le français, dans le domaine fantasy ou fantastique. Et j’écris quand l’inspiration me vient, pas assez souvent à mon goût.

05. Quelle est votre actualité ?
Côté traduction, un projet très personnel : Ainsi naissent les fantômes, un recueil de nouvelles fantastiques de l’américaine Lisa Tuttle, qui a beaucoup influencé ma propre écriture. J’ai sélectionné, traduit et présenté ces six nouvelles pour les éditions Dystopia. Côté écriture, une actu un peu moins récente : la sortie en poche de mon recueil Notre-Dame-aux-Écailles chez Folio SF en début d’année.

06. Quel est votre dernier coup de cour artistique ?
Pour la musique, le nouvel album de My Brightest Diamond, qui est une splendeur. Pour ce qui est des lectures : Kafka sur le rivage de Haruki Murakami, L’Adversaire d’Emmanuel Carrère, et j’ai eu un vrai gros choc artistique en me plongeant dans « The Waste Land », le poème de T.S. Eliot, que je voulais lire depuis longtemps.

07. Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Des mendiants au chocolat faits maison. Le dernier cadeau acheté, c’était un T-shirt personnalisé avec la photo d’un copain.

08. Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Mon chat en priorité, et puis le disque dur externe qui contient mes sauvegardes de boulot.

09. Vous faites quoi demain ?
Grasse matinée du week-end, petit déj devant un épisode de Torchwood, et peut-être de la cuisine selon l’envie du moment.

Read Full Post »

Helluvah sortira demain chez Label étrange la version physique de As We Move Silently, son deuxième album. Un album entre rock et folk brute, dans une formule duo guitare/chant-batterie, qui n’est pas sans rappeler une certaine PJ Harvey. Pour l’occasion, la chanteuse s’est prêtée bien gentiment à l’exercice de l’interview automatique :

01. A quoi rêviez-vous enfant ?
Quand j’avais dans les 6/7 ans, je voulais secrètement devenir archéologue sous-marin.

02. Av(i)ez-vous des modèles ?
Le groupe Oasis quand j’étais ado. Aujourd’hui, quelqu’un comme Simone Veil me bouleverse. Artistiquement, le travail d’auteurs comme Douglas Coupland, Jonathan Coe ou Jonathan Franzen.

03. Comment décririez-vous votre travail ?
Instinctif. Rock. Construit. Déconstruit.

04. Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
J’ai travaillé comme journaliste mais là en ce moment, je travaille ponctuellement dans un cabinet d’avocats.

05. Quelle est votre actualité ?
As We Move Silently, mon deuxième album, sort demain en physique.

06. Quel est votre dernier coup de cœur artistique ?
L’exposition du photographe Antoine Agoudjian sur la mémoire du peuple arménien.

07. Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Une clé usb en chocolat.

08. Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Il y a déjà eu un incendie dans mon immeuble et tout ce que j’ai pu sauver, c’est moi-même et mon téléphone pour appeler les pompiers.

09. Vous faites quoi demain ?
Un showcase chez Gals Rock à 20 h !!

Read Full Post »

Sorti en octobre dernier, ce premier album fait déjà figure de sensation. Buzz comme on aime à appeler désormais le phénomène, le bouche-à-oreille et le post-à-tweet font leur effet, les médias suivent sans se faire prier avec notamment un ffff Télérama… Bref, Philharmonics fait partie de ces disques dont on vous demande toujours ce que c’est lorsque vous le passez quelque part…

La danoise Agnes Obel séduit par ses atmosphères feutrées et agréablement lancinantes. Un monde contemplatif où il fait bon traîner et revenir… Un monde où le piano et la voix font la synthèse entre le répertoire de Debussy, Ravel ou Satie et celui de personnalités fortes comme PJ Harvey ou Joanna Newsom. Une musique intime, ballades envoûtantes, pour nos chambres bien rangées où traînent, encore malgré tout, nos rêves d’enfants… éveillés.

Sans aucun doute l’un des plus jolis albums de l’année écoulée.

Read Full Post »

Lidwine a pris le temps avant de sortir ce premier 6-titres chez Ocean Music. Au gré des aventures sonores et personnelles, elle a lentement fait évoluer, fait muter ses chansons (plus de 8 ans pour certaines).  Et puis, parce qu’il est parfois bon de sortir de sa chambre, celle-ci a fait écouter son travail, attirer à elle quelques musiciens (notamment un batteur/percussionniste) convaincus du talents de la jeune femme, pour donner enfin naissance à ce séduisant « Lw« , un EP qui réunit savamment instruments aux sonorités anciennes à l’électronique ; un terrain de jeu idéal pour une voix envoutante.

Lidwine est une personnalité musicale forte qui, à l’instar des Björk, Joanna Newsom, Bat for Lashes ou PJ Harvey (sur « White Chalk« ), cherche à faire avancer la pop en lui apportant de nouvelles couleurs, de nouvelles saveurs, entre sucre et épices.

Rencontre.

.

Read Full Post »