Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘New-York’

Le 27 mai de cette année 2011, le monde perdait un seigneur des mots et de la musique, un poète et un romancier à l’âme engagée, un musicien et un chanteur aux textes éclairés, sensibles et baignés dans une élégante soul musique, teintée de blues et de funk : le très regretté Gil Scott-Heron.

Né un 1er avril 1949 à Chicago, il passe une partie de son enfance auprès de sa grand-mère Lillie Scott dans le Tennessee à la suite du divorce de ses parents. Il poursuit des études secondaires dans le Bronx puis passe l’année 1970 à la Lincoln University (Pennsylvanie). Cette année là, il publie son premier roman, « The Vulture » (Le Vautour), un polar qui passe à l’époque complètement inaperçu, et pourtant objet culte aujourd’hui. Ce premier écrit est une satire de la politique américaine et du gouvernement de Nixon. Scott-Heron a une vision très lucide sur son époque. Il dénonce les dérives d’une société américaine étouffée par  la violence des problèmes de drogues qui sévissent dans les ghettos, par la misère de la condition noire et de ses discriminations dont il fait lui-même l’objet au quotidien. Il ajoute un magnifique recueil de poésies « Small Talk at the 125th and Lenox » cette même année.

Cet esprit contestataire va peu à peu passer de l’écrit à la chanson scandée (spoken word), qui sera l’un des mouvement fondateur du rap, grâce à une collaboration plus que prestigieuse avec des musiciens de jazz comme Bert Jones et Brian Jackson. Sous le même titre que le recueil précité sort un 33 tours produit par Bob Thiele (producteur notamment de John Coltrane), disque incroyablement moderne aux textes radicaux et au débit fortement maîtrisé. Ce premier album marque la naissance d’une très longue discographie de 26 albums à la qualité incontestable.

Son discours critique restera fidèle à ses opinions tout au long de son œuvre. De Nixon à Reagan (explicitement dans le titre B Movie), Gil Scott-Heron n’aura de cesse de défendre la condition afro-américaine et de dénoncer les conditions sociales monstrueuses dans lesquelles ce groupe tente difficilement d’évoluer. Il est une voix portée contre l’ignorance des classes moyennes, contre le monde des médias et de la politique conservatrice de l’époque. Écarté du label Arista en 1985, il est contraint de stopper les enregistrements studios provisoirement mais continue les tournées qu’il enchaîne frénétiquement.

Il retourne en studio en 1993 avec l’enregistrement de l’incontournable « Spirits ». La plupart de ces morceaux sont un appel aux rappeurs de l’époque, soulignant leurs textes qu’il estime trop assis sur la situation sociale et dénonçant un certain manque de recherche artistique. Une recherche qu’il creuse lui même jusqu’en enfer. En effet en 2001, suite au décès de sa mère, Gil Scott-Heron est incarcéré pour une sombre affaire de drogue et de violence domestique. Tombant dans un cercle vicieux de souffrance et de dépendance, il reste une année en prison. À sa sortie il participe à l’album du groupe Blackalicious « Blazing Arrow » , avant dix ans de silence.

Il revient en 2010 avec le magnifique « I’m New Here » , mixé par Jamie Smith. Le superbe morceau Me and the Devil est un étonnant mélange d’électro et de soul, à la fois sombre et brillant. Scott-Heron semble nous laisser ici son testament et nous enveloppe une dernière fois dans sa poésie nourrie par le cœur de la ville, la misère et la souffrance, avec cette voix toujours aussi fragile et touchante. Le célèbre réalisateur Chris Cunningham remixera le titre New York is Killing me, l’illustrant par la suite d’un clip minimaliste et sombre.
.

.
Au cours d’un voyage en Europe Gil Scott-Heron tombe très gravement malade, on le savait atteint du sida. Certains auront malgré tout la chance de le voir une dernière fois à Paris au cours de cette tournée. Il s’éteint à 62 ans dans un hôpital de New York.

Publicités

Read Full Post »

Photographe new-yorkaise de talent, Diane Arbus, particulièrement humaine et touchante, a contribué jusqu’à sa mort en 1971, à la révolution de l’art photographique avec des clichés très contemporains mais également une approche thématique tout à fait particulière.

En 1937, ayant seulement 14 ans, Diane Nemerov rencontre Allan Arbus. Ils se marient quatre ans plus tard et commencent alors ensemble une carrière de photographes de mode. Allan réalise les photographies, Diane tient le rôle de styliste et démarche les agences. Elle acquiert en 1956 son indépendance professionnelle et commence à faire des séries de portraits. C’est là que son âme prendra toute son ampleur sur le négatif. En effet, entre 1950 et 1960, Arbus arpente les rues de New York et saisit l’image des gens qu’elle y croise. Des gens du petit peuple, des paumés, des sales gueules, des nomades et des sdf, des originaux, parfois des célébrités, souvent des êtres hors normes. Des êtres coincés dans une norme familière qu’elle sait rendre extraordinaire en révélant toute leur excentricité, et cela dans une intimité troublante, enveloppée d’un voile de mystère. « Une photographie est un secret sur un secret. Plus elle vous en dit, moins vous en savez. » disait elle.

Son histoire photographique est une grande histoire de sensibilité. La relation qui unis dans l’instant la photographe et son sujet est frappante. Que ce soit dans les regards, les pauses, les moments ou les endroits, on retrouve à chaque fois cette sensation de connivence et de familiarité entre elle et ceux qu’elle photographie. Arbus est le témoin et le complice de son époque. D’elle, on connaît surtout les jumelles aux collants blancs, l’homme aux bigoudis et, comme une synthèse de son style, un gosse malingre protopunk jouant dans Central Park en 1962, une grenade en plastique à la main. Elle est fascinée par le monde du cirque, les individus fardés et travestis. Elle nous dévoile aussi une Amérique malade, déformée, handicapée et souffrante. Mais que ce soit dans le faste des plumes ou dans les quartiers pauvres de cette Amérique des années 60, Diane Arbus a toujours su tirer le plus divin et impliquer le spectateur dans l’image. « Je vois la divinité dans des choses ordinaires », et c’est cette divinité profondément humaine qui nous touche particulièrement chez elle, nous amenant à nous pencher sur les identités et les apparences.

Diane Arbus consacra les derniers mois de sa vie à une longue série réalisée dans des hôpitaux psychiatriques, publiée après sa mort, sous le titre Untitled. Souffrant alors d’une grave dépression, elle mettra fin à ses jours le 26 juillet 1971, à Greenwich Village, en avalant des barbituriques et en s’ouvrant les veines.

Elle nous a laissé son regard, reflétant celui des autres, et le votre aussi, peut-être, quelque part… Une grande rétrospective lui est consacrée jusqu’au 5 février 2012 à Paris au Jeu de Paume.
.

Read Full Post »

Pour son premier livre, la journaliste Elise Costa est partie sur les traces de l’une des figures phares de la pop culture : Britney Spears. « Comment je n’ai pas rencontré Britney Spears », paru au éditions rue fromentin, est l’histoire de cette aventure qui l’a menée sur les routes américaines, entre New-York, la Louisiane, Las Vegas et Los Angeles. Une manière de découvrir un autre visage de l’Amérique à travers le prisme de l’une de ses icônes et le regard que lui porte certains de ses contemporains et compatriotes. Un portrait sensible et censé, une invitation à prendre la route, même pour ceux qui n’attacheraient pas un intérêt particulier pour la chanteuse, ses tenues et ses frasques.

Elise Costa aime les gens et nous aimons bien Elise Costa, alors voici une rencontre en forme d’invitation à vous procurer son ouvrage, le lire et pourquoi  pas, l’offrir aussi à votre entourage en cette fin d’année…

.

Read Full Post »

Georges Lewis Jr. alias Twin Shadow, new-yorkais d’adoption né en République Dominicaine et élevé en Floride, a été découvert par le bassiste de Grizzly Bear, Chris Taylor. Nouvelle signature du label 4AD, celui-ci propose un premier album qui fleure bon la new-wave des 80’s, une pop synthétique jamais dénuée d’humanité qui faire rejaillir à la surface des sentiments que le jeune moustachu avait, à force de vouloir les dissimuler, presque oubliés. Une introspection qui va chercher du côté de Kraftwerk, Joy Division mais qui n’est pas non plus sans rappeler Perry Blake ou certaines heures de Bowie.

http://official.fm/track/157424?size=small

Read Full Post »

Les New-yorkais de Takka Takka sonnent étrangement comme un groupe européen… Crime de lèse-majesté à leur pays d’origine qui aurait besoin pour se rafraîchir les idées, d’aller voir ce qui se passe non seulement sur le vieux continent mais aussi dans des mondes (ré)émergeants (Afrique, Inde…), parce que le monde s’ouvre ainsi aux cerveaux en ébullition.

Sorte d’éponge ultra-absorbante, ces américain en ressortent un rock subtil que certains, à leur écoute, vont à comparer à Peter Gabriel, Talking Heads, Architecture In Helsinki, The National ou Clap Your Hands Say Yeah! et semblent néanmoins moins tourner en rond que ces derniers…

« Migration » propose une musique généreuse qui évolue et mute sous nos yeux et nos oreilles intéressés, faisant dire à l’auditeur que ce qui vient d’ailleurs a sans doute de bonnes choses à nous apporter…

http://official.fm/track/122574?size=small

Read Full Post »