Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘imaginaire’

A 39 ans, Fabrice Colin est l’un des dignes représentants de la littérature fantastique et de science-fiction en France aujourd’hui, notamment lauréat de trois Grand prix de l’Imaginaire (pour Dreamericana, CyberPan et La Brigade chimérique). Littératures de genre, scénariste de bandes-dessinées, on le voit aussi trainer sur des styles plus traditionnels. Très prolifique, changeant régulièrement d’univers, on a pu le voir en mai dernier au côté du maître Michael Moorcock pour le quatre mains Elric : Les buveurs d’âme, paru au Fleuve Noir alors que sortait en début d’année Bal de Givre à New York chez Albin Michel, dangereuse quête d’identité d’une amnésique…

01.  A quoi rêviez-vous enfant ?
Je rêvais tout court : que des petits soldats étaient cachés dans mon plafond et préparaient une guerre totale, que je pouvais voler d’immeuble en immeuble au cœur d’une résidence assez bourgeoise de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), qu’une certaine fille accepterait de venir se promener avec moi au parc de Sceaux et que je serais un jour commentateur sportif. Tout ça a merdé, mais je ne désespère pas d’emmener un jour ma femme au parc.

02. Av(i)ez-vous des modèles ?
Vladimir Nabokov : inatteignable. Comme lui, j’aimerais vivre dans un hôtel suisse, chasser des papillons, écrire des chefs-d’œuvre et considérer la mort avec une indifférence songeuse.

03. Comment décririez-vous votre travail ?
Le slogan de mon compte twitter reste raisonnablement explicite : j’écris des histoires, j’essaie de ne pas en faire.

04. Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
J’écris des romans, des nouvelles, des pièces de théâtre radiophonique, des scénarios de bande-dessinée, quelques articles, et je fais d’autres trucs intéressants dont il serait délicat et inutile de parler maintenant.

05. Quelle est votre actualité ?
Un thriller portant mon nom sort en février aux éditions Sonatine. Son titre est Blue Jay Way.

06. Quel est votre dernier coup de cœur artistique ?
Les 1000 automnes de Jacob de Zoet, de David Mitchell aux Éditions de l’Olivier.

07. Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Un livre, sans doute – je ne sais à peu près offrir que cela.

08. Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Une fois les gens à l’abri ? Il n’y a pas grand-chose à quoi je tienne et qui ne puisse être racheté dans l’heure. Les lettres d’amour écrites par ma femme, il y a douze ans.

09. Vous faites quoi demain ?
J’écris des trucs et des machins, je me rends en Vélib’ au pot de fin d’année d’un éditeur ami pour manger et boire gratis, puis je reçois des amis à dîner. How bobo is that ?

Read Full Post »

Créé au début des années 1990, par Frédéric Chaplain du groupe Lys et l’illustratrice Sabine Adélaide, ce label basé à Clisson (44), ancienne cité médiévale qui s’est refait une réputation en accueillant depuis cinq ans le Hellfest, plus gros festival métal de France, c’est pourtant une toute autre atmosphère qui se dégage des musiques dont s’occupe Prikosnovénie. En effet, heavenly voices, néo-classique, musiques du monde… entre féérie et fantastique, il dévoile « un monde imaginaire, des musiques sensibles ».

A l’origine également, depuis 2008, du festival La Nuit des Fées, le label organise le 9 octobre prochain pour son vingtième anniversaire, La Mini Mini Nuit des Fées, après-midi qui proposera pour les petits et les grands divers activités magiques, entre chasse aux œufs de dragon, danses elfiques et découverte d’instruments de musique (sous couvert de leur enseigne Mandalia Music). Une journée qui se clôturera, tout en douceur, par un concert du duo Crista Galli.

Plus d’info sur le site de Prikosnovénie.

Read Full Post »