Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Blonde Redhead’

A l’écoute, on ne sait pas trop… Mercury Rev en plus groove ? Rock indé et guitares psyché ? C’est pas une chanteuse normalement dans Blonde Redhead ? A mon avis soit ils sont sous acides, soit c’est un groupe belge ! Les niçois de Mina May déjouent les étiquettes, primant la carte du labyrinthe rock dans lequel on laisse perdre ses sens à en être grisé. Un voyage un peu dingue entre incantation, mélodies polymorphes, riffs affinés et distorsions soyeuses.
.

.
« Everything Was Beautiful and Nothing Hurt » est sorti le 15 novembre chez Pacinist.

Read Full Post »

Nous vous en parlions le mois dernier pour la sortie de leur maxi acoustique (lire la chronique), Lolito revient sans crier gare avec un nouveau morceau, en électrique pour le coup, extraite de leur prochain maxi qui fleure bon l’énergie mélodique. Voici un extrait à savourer, en attendant une sortie officielle à la fin du mois.

Read Full Post »

La fin de l’année passée a été riche pour Michel Villar… Non content d’avoir sorti La femme-ciseaux (voir l’interview), son premier recueil de nouvelles aux Éditions du Pied de Biche, celui-ci proposait également deux nouveaux disques, le premier en tant que pianiste et compositeur des Fragments de la Nuit ; le second, comme batteur du premier maxi acoustique du combo rock Lolito.

Les Fragments de la Nuit est un ensemble néo-classique dont le premier album, Musique du Crépuscule avait fait sensation aussi bien dans les milieux gothiques que chez les adeptes d’indie, de métal ou de musiques de films. Michel Villar et Ombeline Chardes (violon) poussent aujourd’hui  un peu plus en profondeur leurs compositions qui s’éloignent de leurs influences (Glass, Nyman, Ligeti, Debussy, Schnittke mais aussi Godspeed You! Black Emperor) pour développer une identité perceptible. Toujours sur le label portugais Equilibrium Music (Dwelling, Lupercalia, Ashram, Arditi…), ce Demain, c’était hier séduira les adeptes d’univers riches et sombres, multipliant les atmosphères et cassures de rythmes, montées en apesanteur, rêve et poésie. LFDLN s’est épanouit pour atteindre l’âge adulte.

Côté Lolito, on découvre les premières aventures, plus ou moins en acoustique ou tout du moins en version light, du combo jusqu’ici réputé en live pour son énergie rock et ses mélodies léchées et, malgré tout, spontanées, et dont l’univers n’est pas sans rappeler celui de Blonde Redhead. Ici, la grosse artillerie est mise de côté pour faire place à de savoureuses adaptations. Une ingéniosité rendue nécessaire par les exigences des salles, médias, etc. poussant toujours un peu plus les artistes à se produire seul ou en duo. Les voix d’Anne Freches et Florence Bizette (bassiste) se complètent intelligemment quand le talent du multi-instrumentiste Mathias Fedou vient faire le liant dans cet ensemble où chacun change de rôle à chaque nouvelle chanson. Ludique et efficace !

Read Full Post »