Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘art’

Catrin Welz-Stein a vécu et travaillé en Suisse, elle vit actuellement à Kuala Lumpur en Malaysie . Son univers enfantin et enchanté nous rappelle les contes que nos mères nous lisaient à la tombée de la nuit. Elle-même maman de deux enfants, elle avoue que « comme de nombreuses mères je suis devenue beaucoup plus émotionnelle et ouverte à autrui, et cela se ressent dans mon art« .

Ayant toujours été créative, et ce, dès son plus jeune âge, elle achève ses études au lycée et étudie le graphisme en Allemagne, puis travaille comme designer graphique pour diverses agences. Se sentant limitée dans ses prospections commerciales et professionnelles, elle expérimente alors pendant ses temps de loisir le mélange des supports et des matériaux graphiques. Elle commence des collages et des peintures retravaillés par l’art numérique. Elle se découvre dès lors une réelle passion pour le surréalisme, les contes de fées, le folklore, les temps médiévaux et l’art Nouveau qui sont au cœur de son inspiration.

Une grande partie de son travail est la recherche intensive d’illustrations ou de photos, pour lesquelles le droit d’auteur a longtemps expiré. De vieux livres, des magazines et Internet sont ses ressources principales. Une fois l’image choisie, celle ci sera transformée, assemblée avec d’autres images par procédé de collage numérique et retouchée jusqu’à ce que l’image originale ne soit plus reconnaissable. Ainsi naît une vision unique et entièrement nouvelle, fruit d’un mélange chargé d’histoires et d’âmes du passé, à laquelle elle ajoute toute la magie et la délicatesse de sa personnalité féerique et onirique.

Ne vivant malheureusement pas encore de son art, ses œuvres sont seulement visibles sur un panel de galeries virtuelles. Mais la dimension enchanteresse et romantique de ses œuvres vous transportera bien au-delà de votre écran d’ordinateur. Et cela en un seul « clic » de sa baguette magique.
.

Read Full Post »

C’est l’amour des sciences et des arts qui conduit le chemin de Julien Salaud, artiste très prometteur, que l’on a pu voir lors de l’exposition « Rituels » de la Fondation Ricard en juillet dernier. Ce n’est donc pas un hasard, si on le retrouvera du 29 octobre au 14 janvier prochains au Grand Orient de France à Paris dans le cadre de « Ethique et Corps« , une réflexion autour de ces deux domaines.

À son cursus scientifique où il étudie la faune, il ajoute toute la part imaginaire qui lui manque, s’inspirant autant de photographies issues du musée d’histoire naturelle que des insectes qu’il collectionnait avec son père dans son enfance. L’essence de son travail se manifeste dans un véritable bestiaire magique, constitué d’assemblages d’insectes, d’ailes d’oiseaux et de cervidés empaillés, détournés audacieusement avec des matériaux qu’il trouve ici et là dans l’environnement urbain. Surgissent alors des êtres hybrides, ornés, brodés et tissés de perles, de clous ou de fils de cotons, dont la série de sculptures « animaux constellations » qui fera l’objet notamment de sa prochaine exposition.

Réinventant toute une mythologie polymorphe et tentaculaire, proposant une vision sur la capacité que possède le divin à se manifester dans la faune, Julien Salaud nous offre un véritable éloge à la nature et à la puissance du règne animal. On plonge dans une féerie chatoyante, étrange, symbolique et mystique qui, au delà des représentations, révèle tout le désire de l’artiste ; « nous soumettre à notre condition humaine face à toute la force symbolique et mystique des éléments naturels, afin de nous expliquer la mort. » Car chez les animaux de Julien Salaud, la mort  « n’est pas un état définitif. »

Il sera également présent au cours de la biennale de la Jeune Création Européenne à la fabrique de Montrouge, du 15 octobre au 13 novembre prochain.

Blog de Julien Salaud : http://blog.julien-salaud.info

Read Full Post »

Chacun d’entre nous s’est, sans doute, demandé une fois dans sa vie ce qu’il sauverait des flammes si sa maison ou son appartement était ravagé par un incendie. Sur ce principe le blog The Burning House propose à chacun de montrer une photo de ce qu’il attraperait vite fait et enfournerait dans son sac, quelque en soit la raison (pratique, sentimentale, objets de valeur…). Le précieux trésor est agrémenté d’une fiche descriptive ou d’un texte de présentation, en plus de l’identité rapide du propriétaire. Une manière intéressante de découvrir ses contemporains à un instant donné, reflet de ce qu’ils sont, leurs préoccupations, leurs priorités… un peu partout sur la planète. Un portrait à découvrir chaque jour sur www.theburninghouse.com.

.

25 août 2011 : Daniel Smelansky, 14 ans, Boston (USA)

Read Full Post »

Louis Bouvier est un artiste montréalais dont le travail se base essentiellement sur le détournement d’images, souvent tirées de magazines des années 1950’s à 1980’s.

Un imaginaire pop, frais et coloré, entre dessin, peinture, impression et superposition; des créations qui, comme un hommage décalé, transforment une imagerie populaire pour en faire une œuvre originale.

Un travail sur la mémoire, une manière de faire revivre un passé pas si éloigné et qui pourtant tombe progressivement dans l’oubli. Bel exemple avec cette série sur les joueurs de baseball des Expos de Montréal, équipe professionnel de 1969 à 2004 dont la franchise a été transféré à Washington DC, et qui a laissé un vide certain dans la vie d’un quartier, d’une ville…

Cette série est présentée avec d’autres travaux du 16 septembre au 17 octobre 2010 au Pied de Biche, 86 rue de Charonne à Paris (11ème) et Louis Bouvier nous a fait le plaisir il y a quelques jours de nous parler de son travail.

.

Read Full Post »