Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Folk’ Category

IN-SECT.tv est toujours en dormance mais vous pouvez retrouver les chroniques disques de Matthieu B. Michon sur le site EMERGENZA.net.

Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire !!!

Read Full Post »

Mirel Wagner a 23 ans. Née en Ethiopie, elle vit désormais en Finlande. C’est tout ce que je sais. J’écoute son album en boucle depuis que je l’ai découvert, il y a trois mois. Je suppose à la vue de ses textes que sa vie a été semée d’embûches.

Une trentaine de personnes a pris place dans la Galerie Ecotone de Vendôme. Assise en tailleur, comme tout le monde dans la salle, j’attends dans un silence religieux.

« Hello, I’m Mirel Wagner ». Avec cette phrase d’introduction, hommage volontaire ou inconscient à notre adoré Johnny Cash, Mirel Wagner pose le décor. Comme lui, elle est habillée en noir. Une sobre présentation suivie d’un concert de 45 minutes sans fioritures, sans effets et sans performance scénique particulière. Pas un mot entre les morceaux, autres que les siens lorsqu’elle donne le titre, consciencieusement, presque scolairement tous les deux morceaux, celui qu’elle vient d’interpréter et celui qui va suivre. Et peu importe qu’elle communique verbalement avec son auditoire puisque la communion se joue ailleurs.

Avec sa guitare et des textes d’une intensité incroyable, Mirel Wagner parle d’enfance, d’histoires d’amours contrariées et de mort. Elle parvient à synthétiser la folk américaine et son « story telling » contemplatif des grands espaces, avec la noirceur des thèmes du blues, et la transe du gospel et des musiques tribales. Son chant monotone, dans le sens où il ne se laisse jamais aller à des explosions lyriques, est entêtant, répétitif et presque hypnotique. Elle garde un contrôle total sur son interprétation, tout en semblant vivre une expérience intérieure d’une grande intensité : elle ferme les yeux en chantant, laissant apparaître le blanc de ses yeux dans de petites secousses épileptiques. Elle sourit également à la fin des morceaux, comme si elle était reconnaissante d’avoir pu les interpréter jusqu’au bout. Sa performance, a priori simple et dépouillée, charrie une immense émotion qui ne passera à aucun moment par la démonstration technique.

On pourrait être tenté de penser qu’elle ne s’est finalement « pas foulée » devant son absence d’interaction avec le public et la reproduction impeccable et sobre de son album (+ deux inédits). La question est plutôt de savoir ce que l’on attend des artistes que l’on vient voir en concert. Une fidèle interprétation d’un album ? Une ambiance ? Une performance ? De l’émotion ?

Elle a cette qualité admirable d’assumer sa timidité et la nature de sa prestation. Elle impose le calme et le silence qui inspirent le respect et la sympathie. Son concert est simple. Son interprétation peut être encore trop centrée sur elle-même gagnerait à s’extérioriser vers le public et on sait qu’elle pourrait nous faire terriblement vibrer lors de quelques envolées magnifiques qu’elle laisse s’échapper. Lâcher prise immédiatement suivi d’une reprise de contrôle. Un petit sentiment de ne pas aller au bout, de frustration dans le partage de l’émotion, voilà le (seul) point faible qu’il faudrait à mon sens retenir de ce concert.

Par contre je vous invite à acheter cet album merveilleux, adulé par la critique (elle a fait son entrée sur Pitchfork le jour du concert) en version vinyle, parce qu’il est blanc et donc beau et précieux.
.

Read Full Post »

Au mois d’octobre dernier, nous vous présentions la bibliothèque et la discothèque de la chanteuse suédoise MAI (1re partie2e partie). La revoici dans une nouvelle vidéo signée Ani Simon-Kennedy, sobre et élégante. La chanson ? Something Anything !
.

Read Full Post »

Concept album pop folk enregistré à Paris, « One Frame Per Second » est une aventure chevaleresque qui lorgne du côté de Sufjan Stevens, Belle and Sebastian, Syd Matters… Les toulousains de Uniform Motion donnent vie à un petit personnage, mini-page, qui cherche sa princesse et affronte monstres et péripéties, le temps de quelques ballades, toutes en nuances et guitares acoustiques. Un troisième album qui montre que le groupe a su laisser pousser son haricot magique pour créer un joli conte dont voici un extrait.
.

Read Full Post »

Ancien leader du groupe culte Lift to Experience et leur incontournable « The Texas-Jerusalem Crossroads » (sorti il y a déjà dix ans), Josh T. Pearson, réapparu sur le premier album de Bat for Lashes, a sorti un premier essai solo : « Last of the Country Gentlemen », meilleur album de l’année pour les magasins britanniques Rough Trade. Collection de sept titres marquée par la peine, reflet d’une année difficile pour son auteur. Pour autant leur sincérité touche nos âmes sensibles et la puissance qui s’en dégage donnerait presque espoir.

Voici un titre qu’offre le label Mute à l’occasion de la sortie d’un « Christmas EP », malheureusement non disponible chez nous. La bonne nouvelle, c’est que celui-ci sera disponible à la vente lors des deux concerts que donnera le barbu en France, le 12 décembre prochain lors d’un showcase parisien chez Agnès B et le 13 au festival Les Aventuriers (Fontenay-sous-Bois).
.

Read Full Post »

Un premier album qui depuis sa sortie le mois dernier, chez Sober and Gentle (Cocoon, Kid Bombardos), est accueilli avec les honneurs par la presse et les amateurs de folk et voici, à 27 ans, Régis Israël alias Greenshape propulsé aux avant-postes d’une scène française qui n’a plus à rougir ni grand chose à prouvée en la matière déjà depuis un petit moment. Un parcours de vie difficile, enfance, alcool et la boxe comme remède et exutoire… et la guitare, les disques de son beau-père (Beatles, Cat Stevens, Nick Drake, Led Zeppelin, Johnny Cash…) écoutés pendant des heures et au final la volonté de faire d’une passion un métier. Produit par Tore Johansson (Franz Ferdinand, Emiliana Torrini, The Cardigans…), le jeune homme aurait pu tomber dans de plus mauvaises mains. Un bel univers à découvrir.

01. A quoi rêviez-vous enfant ?
Je voulais être archéologue, mais j’ai vite été déçu quand j’ai compris qu’on avait ni chapeau, ni fouet…

02. Av(i)ez-vous des modèles ?
Indiana Jones et Cat Stevens, Bilbo et Mohammed Ali.

03. Comment décririez-vous votre travail ?
L’étincelle au fond du trou noir .

04. Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
Du vélo, de la boxe et des chansons.

05. Quelle est votre actualité ?
Un album fraichement sorti dans les bacs, une tournée qui suit son cours dans toute la France, un peu de fatigue et beaucoup de joie !

06. Quel est votre dernier coup de cœur artistique ?
Wood Kid pour la musique, et « The Road » de Hillcoat, j’en tremble encore…

07. Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Des boucles d’oreilles…

08. Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Ma peau !

09. Vous faites quoi demain ?
Je vais voir des potes que j’ai pas vu depuis que je fais le zouave sur une pochette de cd !
.

Read Full Post »

Faisant ses armes en tenant le micro dans des groupes de rock et de métal, ce n’est finalement qu’en se rapprochant de voies sonores plus sages que Félix Perez a pris une réelle épaisseur. Un projet pop folk à la fois intimiste et riche, You & You, et un premier EP, « Songs, Stories and Magic Tricks » comme la découverte d’une petite famille élevée outre-atlantique sous le regard attendri des bonnes fées que son Bon Iver, Iron & Wine voire Beirut. Un premier album en boîte, prévu pour le début de l’année prochaine, et un petit passage à venir dans Taratata, il ne nous en fallait pas plus pour avoir envie de demander au bonhomme de jouer à l’Interview automatique :

01. A quoi rêviez-vous enfant ?
Enfant je voulais devenir attaquant de pointe du Real Madrid. La musique m’est venue assez tard vers 15 ans, c’est le foot que j’aimais petit.

02. Av(i)ez-vous des modèles ?
Je n’ai pas de modèle particulier, j’essaie de faire en sorte que mes parents n’aient pas a rougir de moi. Sinon petit, j’étais très fan de deux de mes cousins, plus âgés que moi que j’essayais d’imiter d’où mes pas de danse endiablés !

03. Comment décririez-vous votre travail ?
Intense, merveilleux, stressant et addictif ! Je fais ce que j’aime le plus au monde.

04. Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
Pour de vrai je suis agent double pour le KGB. Mon vrai nom est Alexandr Chisnokov.

05. Quelle est votre actualité ?
Je boucle le mastering de mon album et vais activement me pencher sur le visuel (photos, pochette, clip, vidéos, etc., etc.) avant de me plonger sur la tournée.

06. Quel est votre dernier coup de cœur artistique ?
Musicalement mon dernier coup de cœur est le dernier album de Bombay Bicycle Club et le titre Tamer Animals des Other Lives. Sinon je ne sais pas bien lire et le cinéma est trop cher…

07. Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Une poupée à ma filleule.

08. Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Mes guitares. Le reste n’est que souvenirs qui sont dans notre tête de toute façon. Mon passeport aussi car l’administration française est terrible !

09. Vous faites quoi demain ?
Je vais surfer.
.

Read Full Post »

Older Posts »