Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Chanson’ Category

IN-SECT.tv est toujours en dormance mais vous pouvez retrouver les chroniques disques de Matthieu B. Michon sur le site EMERGENZA.net.

Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire !!!

Read Full Post »

Après un excellent album « sec« , sorti en 2010, 1=0 reviendra avec son noise poétique le 30 avril prochain avec un nouvel EP intitulé « Forteresse ». Le verbe toujours acéré, le groupe remanié propose de un premier extrait, une vidéo éponyme réalisée par Axël Ramonet :
.

Read Full Post »

Révélée par la dernière édition d’X-Factor, Maryvette Lair a marqué par la singularité de ses choix musicaux et sa personnalité haute en couleur. Alors qu’elle travaille sur un premier album, celle-ci a eu la gentillesse de nous accorder un peu de son temps pour répondre à l’interview automatique :

A quoi rêviez-vous enfant ?
Mon rêve était et est toujours de voler!

Av(i)ez-vous des modèles ?
Charlie Chaplin, Annie Fratellini (1ère femme clown), Ella Fitzgerald, Jacques Verrières, Barbara, Julie Andrews (Dans « Victor Victoria », film que j’ai du regarder plus d’une centaine de fois ).

Comment décririez-vous votre travail ?
Je fais ce que j’aime faire… Je sais c’est bâteau, mais en même temps je ne sais faire que ça… Ah oui ! des fois c’est difficile d’être son propre chef… en fait je fais plein de choses, j’adore ! Même si des fois c’est le bordel… Comme cette réponse par exemple !

Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
Des confitures.

Quelle est votre actualité ?
Album en préparation, bientôt en concert sur Paris, sortie du film « Le Fils de l’aire » sur Arte à la fin de l’année, dans lequel je tiens le premier rôle féminin.

Quel est votre dernier coup de cœur artistique ?
Le dernier roman de Fanny Salmeron « Le travail des nuages ». En peinture, Picabia, en musique, le concert de Mathieu Boogaerts à la Java.

Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Un médiator avec le drapeau Anglais pour mon amie Virgule (chanteuse, guitariste).

Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Tous mes carnets de notes… Et il y en a un paquet !

09. Vous faites quoi demain ?
J’emmène ma mère à l’aéroport, ensuite je suis en post-synchro pour le film.
.

Read Full Post »

Nouveau transfuge de chez PIAS, Da Silva signe, en compagnie de Yann Arnaud (Air, Syd Matters…), un quatrième album aux ballades mélancoliques, entre colère et désabusement. Une musicalité accentuée, y compris au niveau de son chant miossécien. Faut-il sans doute y voir une écriture qui a grandi au calme, loin de l’urgence des tournées. Une approche plus posée qui donne à l’ensemble plus de profondeur. Actuellement en tournée (dates ci-dessous), Da Silva joue pour nous les pinces sans rire le temps d’une interview automatique… minimaliste.

01. A quoi rêviez-vous enfant ?
Enfant je dormais beaucoup .

02. Av(i)ez-vous des modèles ?
Oui mon voisin , je copiais souvent sur lui en classe .

03. Comment décririez-vous votre travail ?
Comme une passion.

04. Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
Rien.

05. Quelle est votre actualité ?
Je suis en tournée.

06. Quel est votre dernier coup de cœur artistique ?
St Vincent.

07. Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Un disque.

08. Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
La clef de la porte

09. Vous faites quoi demain ?
Je vais faire la grasse mâtiné et ensuite je vais me reposer un peu avant d’aller me coucher.
.

.
Da Silva est actuellement en tournée :
15/03 – Paris (Le Nouveau Casino)
16/03 – Terville (Le 112)
17/03 – Paris (Grande Halle de la Villette)
23/03 – Alençon (La Luciole)
24/03 – Nantes (Salle Paul Fort)
27/03 – Rennes (Le Liberté – L’Étage)
29/03 – Rouen (Le 106)
03/04 – Ramonville (Le Bikini)
04/04 – Clermont-Ferrand (La Coopérative de Mai)
05/04 – Lausanne (Les Docks)
11/04 – Paris (Le Divan du Monde)
20/04 – Lille (Le Splendid)

Read Full Post »

Pour son quatrième album, Claire Lise nous dévoile une collection de portrait de femmes entre sensualité, érotisme, déchéance et espoir. Une sensualité de la voix et des mots, à la fois légère et poignante, sur des sonorités électriques. Sans doute faut-il voir là la patte du producteur Polérik Rouvière (Souchon, Tiersen, Dionysos…) qui souligne, dans « La Chambre rouge » le caractère de la jeune femme qui s’affirme toujours un peu plus dans le côté pop de la chanson française. La voici le temps d’une courte interview automatique.

A quoi rêviez-vous enfant ?
L’évangélisation et la paix dans le monde !

Av(i)ez-vous des modèles ?
Michel Fugain à 10 ans, Mathieu Boogaerts  à 16 ans, Brel à 20 ans

Comment décririez-vous votre travail ?
Sans compromis, sans consensus, franc, énergique.

Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
Et vous  ?

Quelle est votre actualité ?
« La Chambre rouge » est sortie lundi 13 février dans les bacs. Nous jouons au Zèbre de Belleville mercredi 29 février et aux Trois Baudets le 23 mars !

Quel est votre dernier coup de cœur artistique ?
Bach par Racha Arodaky.

Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
« Even in the Quietest Moments », album de Supertramp (77)

Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Léon, ma chatte.

Vous faites quoi demain ?
Je me lève, je prends deux grandes tasses de café, 2 tartines, je pianote sur ordi, sur piano. Réunion de travail à midi (label), réunion de travail après-midi (clip), répétition de 19h à minuit… Dodo. Putain ça fait un peu wonder woman ! Il y a des jours où j’en fais moins.

Read Full Post »

Le 27 mai de cette année 2011, le monde perdait un seigneur des mots et de la musique, un poète et un romancier à l’âme engagée, un musicien et un chanteur aux textes éclairés, sensibles et baignés dans une élégante soul musique, teintée de blues et de funk : le très regretté Gil Scott-Heron.

Né un 1er avril 1949 à Chicago, il passe une partie de son enfance auprès de sa grand-mère Lillie Scott dans le Tennessee à la suite du divorce de ses parents. Il poursuit des études secondaires dans le Bronx puis passe l’année 1970 à la Lincoln University (Pennsylvanie). Cette année là, il publie son premier roman, « The Vulture » (Le Vautour), un polar qui passe à l’époque complètement inaperçu, et pourtant objet culte aujourd’hui. Ce premier écrit est une satire de la politique américaine et du gouvernement de Nixon. Scott-Heron a une vision très lucide sur son époque. Il dénonce les dérives d’une société américaine étouffée par  la violence des problèmes de drogues qui sévissent dans les ghettos, par la misère de la condition noire et de ses discriminations dont il fait lui-même l’objet au quotidien. Il ajoute un magnifique recueil de poésies « Small Talk at the 125th and Lenox » cette même année.

Cet esprit contestataire va peu à peu passer de l’écrit à la chanson scandée (spoken word), qui sera l’un des mouvement fondateur du rap, grâce à une collaboration plus que prestigieuse avec des musiciens de jazz comme Bert Jones et Brian Jackson. Sous le même titre que le recueil précité sort un 33 tours produit par Bob Thiele (producteur notamment de John Coltrane), disque incroyablement moderne aux textes radicaux et au débit fortement maîtrisé. Ce premier album marque la naissance d’une très longue discographie de 26 albums à la qualité incontestable.

Son discours critique restera fidèle à ses opinions tout au long de son œuvre. De Nixon à Reagan (explicitement dans le titre B Movie), Gil Scott-Heron n’aura de cesse de défendre la condition afro-américaine et de dénoncer les conditions sociales monstrueuses dans lesquelles ce groupe tente difficilement d’évoluer. Il est une voix portée contre l’ignorance des classes moyennes, contre le monde des médias et de la politique conservatrice de l’époque. Écarté du label Arista en 1985, il est contraint de stopper les enregistrements studios provisoirement mais continue les tournées qu’il enchaîne frénétiquement.

Il retourne en studio en 1993 avec l’enregistrement de l’incontournable « Spirits ». La plupart de ces morceaux sont un appel aux rappeurs de l’époque, soulignant leurs textes qu’il estime trop assis sur la situation sociale et dénonçant un certain manque de recherche artistique. Une recherche qu’il creuse lui même jusqu’en enfer. En effet en 2001, suite au décès de sa mère, Gil Scott-Heron est incarcéré pour une sombre affaire de drogue et de violence domestique. Tombant dans un cercle vicieux de souffrance et de dépendance, il reste une année en prison. À sa sortie il participe à l’album du groupe Blackalicious « Blazing Arrow » , avant dix ans de silence.

Il revient en 2010 avec le magnifique « I’m New Here » , mixé par Jamie Smith. Le superbe morceau Me and the Devil est un étonnant mélange d’électro et de soul, à la fois sombre et brillant. Scott-Heron semble nous laisser ici son testament et nous enveloppe une dernière fois dans sa poésie nourrie par le cœur de la ville, la misère et la souffrance, avec cette voix toujours aussi fragile et touchante. Le célèbre réalisateur Chris Cunningham remixera le titre New York is Killing me, l’illustrant par la suite d’un clip minimaliste et sombre.
.

.
Au cours d’un voyage en Europe Gil Scott-Heron tombe très gravement malade, on le savait atteint du sida. Certains auront malgré tout la chance de le voir une dernière fois à Paris au cours de cette tournée. Il s’éteint à 62 ans dans un hôpital de New York.

Read Full Post »

A l’affiche de Lili Lampion, spectacle musical pour enfants signée Amanda Sthers (paroles) et Sinclair (musique) et mise en scène par Ned Grujic (actuellement au Théâtre de Paris), Anne Frèches chanteuse et comédienne hyperactive fait également partie du groupe Lolito et du duo Annette et Mathi, récent lauréat de Comptoir monte le son organisé par PIAS et Comptoir des cotonniers (lire le post). Un peu trop de raisons pour ne pas  pas succomber à sa fraicheur (sans mauvais jeu de mot) le temps de l’INterview automatique (faite le 26 octobre dernier) :

01. A quoi rêviez-vous enfant ?
Je rêvais d’être danseuse étoile à l’Opéra de Paris

02. Av(i)ez-vous des modèles ?
Enfant, mon modèle c’était Princesse Sarah, dur à suivre puisqu’orpheline… puis, Björk, dur à suivre aussi, parce que ce que j’aime c’est sa singularité

03. Comment décririez-vous votre travail ?
J’interroge régulièrement la notion de travail, dans la mesure où j’aime ce que je fais et que quand on boit des verres entre Lolito ou avec mes équipes de théâtre, pour moi, cela fait partie du travail. Alors bon, quand on pense que le travail était un instrument de torture… Mais, en même temps, je suis vraiment perfectionniste et bosseuse. En tout cas, en ce moment, quand je rentre chez moi, je suis crevée !

04. Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
J’ai la chance de vivre de mon métier, je fais beaucoup d’heures avec le théâtre, ce qui me permet d’avoir du temps pour Lolito et Annette et Mathi.

05. Quelle est votre actualité ?
En ce moment je joue dans Lili Lampion d’Amanda Sthers et Sinclair au Théâtre de Paris, le 29 novembre, Lolito sera en concert au Gibus, et Annette et Mathi continuent d’enregistrer des maquettes home-made.

06. Quel est votre dernier coup de cœur artistique ?
J’ai dévoré tout l’œuvre de Virginie Despentes, mon préféré, c’est Bye Bye Blondie, et puis j’ai vu Miossec en concert au Nouveau Casino et j’ai sauté partout autant que j’ai pleuré.

07. Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Samedi c’était la première de Lili Lampion et on s’est tous fait des cadeaux, c’est une tradition dans le théâtre, et moi, j’ai choisi d’offrir différents shakers et autres petits œufs ou kazoo à mes camarades de plateau, accompagnés de dessins que j’avais fait de chacun des personnages.

08. Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Comme Giacometti, le chat.

09. Vous faites quoi demain ?
On joue à 14h.

.

Read Full Post »

Older Posts »