Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Librairies’ Category

Suite à notre récent article sur Richard Bellia (lire), le photographe m’a fait l’honneur de m’accueillir en toute simplicité chez lui à Lyon pour une interview automatique un peu revisitée, autour d’un café et au milieu de ses centaines de photos dispersées ça et là dans son appartement. Un entretien riche en anecdotes :

A quoi rêviez-vous enfant ?
Aucun souvenir.

Avez-vous des modèles ?
Non.

Comment décririez-vous votre travail ?
Je suis un photographe qui s’est spécialisé dans la musique. Je fais attention au matériel que j’utilise, à la manière dont je travaille, que ce soit la prise de vue, le développement et le tirage qui donnent une unité à mon travail. Combien même mes photos normalement sont sensées être utilisées à l’unité, parce que je fais normalement des photos pour la presse, au final mon travail peut se lire par lui-même. Ce qu’on appelle donc une œuvre (rires).

Et pour de vrai, vous faites quoi dans la vie ?
Mes activités sont assez simples : je prends des rendez-vous pour faire des photos, je fais mes photos, je développe mes photos, je les tire, je les expose, j’en fais des livres et des catalogues d’expositions, je voyage avec, je les vends aux différents médias qui veulent m’en acheter et je fais des procès aux gens qui les ont utilisés avant de me demander ou sans que je ne le sache (rires). Je le dis et je le répète à tout ces gens qui font l’objet de ces procès : je suis un mec très gentil, mais je peux être un véritable connard quand il s’agit de ça ! Je leur fais la morale parce que ce qu’ils font, dans ces cas-là, c’est vraiment mal. En général, ils me disent merci, parce qu’au final ils se rendent compte qu’ils ne se posent jamais la question ! Quand ils vendent mon travail avec la signature de quelqu’un d’autre, c’est strictement et par définition de la contrefaçon ! C’est le soucis du numérique : tout le monde peut mettre une photo en ligne trouvée sur internet en la faisant passer pour son propre travail. Et des photographes qui râlent parce qu’ils se sont fait piquer leur travail, il y en a autant que de gens qui ont un appareil photo. Ce qui est intéressant à souligner dans cette problématique, c’est qu’on a pensé que le numérique était une véritable démocratisation de la photographie (tout le monde peut soudainement en faire), ce qui est déjà gros un mensonge car cela reste vachement cher, paradoxalement à l’argument que l’on n’a plus besoin d’acheter de pellicules… Mais quand tu additionnes le budget photo que les gens investissent dans la course des nouveautés numériques, tu constates qu’avec ce même budget tu pourrais acheter de la pellicule pendant des décennies… Je ne travaille qu’avec la pellicule, c’est de la chimie et c’est comme ça que ça se fait.

Quelle est votre actualité ?
Depuis peu mes photos sont en vente au YellowKorner, une chaîne de magasins de photos présente un peu partout dans les grandes villes de France. C’est tout nouveau pour moi car c’est la première fois que je suis édité de cette manière. Je leur ai donné l’autorisation d’utiliser mes photos et d’en faire commerce. Jusqu’à aujourd’hui, à chaque fois que j’ai fait une photo, c’était moi qui payais la pellicule (ou elle était payée par un média dans le cadre d’une commande), mais dans tout les cas, à la fin de la journée la pellicule était indiscutablement MA propriété. Pour le YellowKorner  j’ai accepté cette nouveauté.  À propos de marché, j’aime bien cet adage : « il y a un trou dans le marché, mais est-ce qu’il y a un marché dans le trou ? » (rires).

Quel est votre dernier coup de cœur artistique?
J’ai fait pas mal d’expos à droite à gauche cette année et assez régulièrement dans les vernissages je rencontre des groupes. Je tombe souvent sur des trucs qui sont « presque bien », dans le sens où le budget de leur production est relativement mince. Je me dis parfois juste que si il avait un vrai travail de réalisation derrière, ça pourrait vraiment cartonner. Je pense à un groupe qui s’appelle The Flash ou Klink Clock. Il y a un truc qui me plaît bien : c’est un comité de sélection qui chaque années subventionne des groupes émergeants depuis le début des années 90 ; le FAIR, des groupes français comme Dionysos, M, Cali y sont passés. Je reçois la compilation régulièrement et j’aime beaucoup les groupes que j’y entends, j’y ai découvert La Femme notamment. Sinon ma référence indiscutable, c’est les Pixies, parce-que je les trouve très malins. En terme de cinéma je dois avouer que je n’y vais jamais. J’ai fait un blog pendant trois ans au festival de Cannes et de Berlin pour Arte, on y trouve tout ce que j’ai fait pendant 15 jours là-bas sous une formule de 10 photos avec 10 textes par jour, mais sincèrement je n’aime pas ce milieu. Pour le canard, ce serait Charlie Hebdo. D’ailleurs, à propos de l’incendie récent de leurs locaux, j’ai envie de dire que si le journal satirique numéro un du pays est obligé maintenant de travailler derrière des gilets pare-balles, c’est vraiment pas un détail anodin! 

Si vous deviez arrêter la photo que feriez-vous ? (ndrc : digression)
Je ferais exclusivement du tirage, et dans le pire des cas j’écrirais, j’écris déjà beaucoup. Je me vengerais avec mes mots. Paradoxalement je ne lis pas beaucoup, mais j’ai une excuse : je pense que tu ne dois absolument pas regarder le travail des autres, autant dans la photo que l’écriture, parce-que tu le ferais soit d’un œil uniquement critique ou envieux, ou pour piquer un plan et relever les fautes récurrentes de l’auteur et là, tu te laisses embarquer dans une histoire qui n’est pas la bonne. Mais attention, ce n’est pas une bonne excuse pour ne pas lire, ça reste MA bonne excuse pour ne pas lire (rires) .

Quel est le dernier cadeau que vous ayez fait ?
Mon livre. Le livre a une dimension sacrée, et le mien étant super bien, ça joue en ma faveur (rires).

Que sauveriez-vous des flammes d’un incendie ?
Toi, moi et puis un casier de photos.

10. Vous faites quoi demain ?

Bientôt je fête mes 50 ans au Transbordeur à Lyon qui présentera une énorme exposition de mon travail et il y aura une très belle scène musicale à l’occasion. Mais c’est un scoop ! Je n’en dirai pas plus pour l’instant… (rires).

Read Full Post »

Samedi au Pied de Biche débutera l’exposition de Tyranny, alias Tiffany Khalil, aussi connue comme maîtresse de cette librairie-galerie de la rue de Charonne qui fait la part belle à la bande dessinée indépendante et au roman graphique. Au départ, Tyranny voulait être super-héros, mais ça n’a pas très bien marché, alors elle s’est rabattue sur son plan B : l’art. Alternatif, décalé, parfois trash, le trait de Tyranny est hanté par une contre-culture américaine, sorte de Ghost World version hardcore, un univers où les personnages sont un peu branques,  des loosers masqués, sales mais attachants. Bref, un univers haut en couleurs, à découvrir du 17 septembre au 9 octobre 2011.

Revoici d’ailleurs, l’entretien que nous avait accordés Tiffany Khalil, il y a tout juste une année :
.

Read Full Post »

Parce que, comme tout le monde, nous cédons aux appels incessants des nouvelles technologies, il est temps pour nous aussi de vous faire l’article sur une innovation qui devrait faire le buzz et venir s’installer dans toutes les maisons du globe, comme les smartphones, ordinateurs portable, écrans plat, etc. Une révolution espagnole, en pleine vague d’indignation, le signe d’une reprise ? Nous vous laissons découvrir BOOK.
.

Read Full Post »

Après quelques problèmes de montage, voilà enfin notre balade au Salon du Livre, dont l’édition 2011 s’est déroulée du 18 au 21 mars dernier. Vidéo d’introduction avant une petite série de portraits d’auteurs et de maisons d’édition qui ponctueront tout le mois d’avril.

.

 

Read Full Post »

Vous vous souvenez peut-être de notre visite en début d’année au Pied de Biche, librairie-galerie spécialisée dans la bande-dessinée indépendante et le roman graphique. Le lieu fait également maison d’édition et après, la parution en septembre dernier du premier recueil de nouvelles de Michel Villar, La Femme-ciseaux, le Pied de Biche sort une BD collective intitulée M.A.L.

Au rendez-vous donc : du crime, du sexe, des héros grecs, une famille étrange, un Satan au bord de la faillite, un Dieu, des dieux, un drôle de super-héros… le tout signé par Aurélie Pollet, Louisebeth Pacman, Ludovic Debeurme, Matthias Lehmann et Tyranny en compagnie de Michel Villar.

Une idée de cadeau de dernière minute, même pour des gens à qui vous souhaitez… du bien.

Read Full Post »

Situé 86 rue de Charonne à Paris, Le Pied de Biche se présente comme l’un des nouveaux lieux effervescents de la culture alternative de la capitale. En effet, non-contente de présenter de la bande-dessinée, des romans-graphiques ou des produits dérivés, cette librairie se fait également galerie en présentant le travail de jeunes créateurs (sérigraphies, dessins, peintures, photos…) et depuis le début du mois aussi maison d’édition avec la sortie d’un premier recueil de nouvelles signé Michel Villar.

Autant d’activités qui interagissent les unes avec les autres et qui permettent à ce lieu d’enchaîner depuis mai 2010 vernissages, lectures, concerts et autres évènements. Autant de raisons pour lesquelles, après avoir consacré des posts aux artistes qui l’entouraient, nous avons souhaité rencontrer le cerveau de ce lieu : Tiffany Khalil.

.

outube=http://www.youtube.com/watch?v=DhLW_Oy_km

Read Full Post »